« Ils ne savent pas qu’ils seront tous virés demain, ils continuent à courir gaiement dans les businesslounges… »

SOUS LA GLACE, c’est l’histoire de 3 consultants d’une société d’audit – deux jeunes, et un plus âgé dont il faut se débarrasser. Trois consultants qui pour trouver du travail, garder leur travail, évoluer dans leur travail, ont l’œil rivé sur leurs résultats, sur les mouvements de la bourse, sur l’évolution du marché. Des battants, des fonceurs, obsédés par la crainte de perdre autant que par celle de n’être pas assez compétitifs. 

SOUS LA GLACE, c’est l’histoire de Jean Personne, Mister Nobody, que ses parents ne voyaient pas ; Jean Personne qui, à l’aéroport, attend toujours la dernière minute pour embarquer afin d’entendre les haut-parleurs répéter son nom ; Jean Personne qui évaluait les autres et qui aujourd’hui est évalué ; Jean Personne qui voulait se débarrasser des vieux et qui est vieux à son tour ; Jean Personne dont on ne veut plus.

Extrait

« Ils ne savent pas qu’ils seront tous virés demain, ils continuent à courir gaiement dans les businesslounges, collectionnent les miles, ils sont assis avec leurs portables et préparent des projets pour rendre leur entreprise encore plus compétitive, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus personne, que l’entreprise fonctionne pratiquement sans employés, délègue tout, délocalise tout et qu’il n’y ait plus que le P.-D.G. qui envoie quelques e-mails à des entreprises partenaires, avec une augmentation vertigineuse du taux de l’action, et que les actionnaires, pour la plupart des retraités installés en Floride, vendent leurs actions en faisant des bénéfices considérables pour s’acheter une ou deux maisons supplémentaires et finissent pas liquider cette entreprise incapable d’augmenter sa marge de bénéfice. »

La presse en parle
  • La mise en en scène de Vincent DUSSART, la scénographie et lumières de Frédéric CHELI ainsi que la création sonore et musique live de Patrice GALLET magnifient superbement le cauchemar de Jean Personne. Un excellent spectacle, saisissant visuellement, furieusement parlant !

    Lire l’article en entier

    Le monde.fr logo
    Le Monde.fr, Evelyne Trân
  • Ils sont trois sur le plateau dans une scénographie qui rappelle les podiums des conventions de motivation internes aux entreprises. Trois bons soldats de l’économie libérale, les bouches débordant de slogans superlatifs.
    La mise en scène, aussi bien huilée que la machine économique, percute frontalement le spectateur. Elle est en cohérence parfaite avec le manque d’échappatoire du texte de Falk Richter. Même les mélodies jouées en live à la guitare électrique par Patrice Gallet semblent des instruments d’aliénation mentale. Les rires fusent tant les existences qui nous sont présentés semblent excessives, rendues folles… Et puis il y a ce contraste entre les corps et les costumes-cravates, entre la vérité de la chair et l’armure anonyme et déshumanisée. Un texte servi par une interprétation toute en énergie et en ruptures. Un spectacle sans concession.

    Lire l’article en entier

    logo-RegArts
    Reg’arts, Bruno Fougniès
  • Un réquisitoire sans appel du monde du travail Une mise en scène forte et dense qui s’attaque au processus de déshumanisation qui gagne toute la société dans une folle course aux résultats et ce, jusque dans ses recoins les plus intimes. Les trois comédiens traduisent à merveille le malaise de cette société, malade d’elle-même, et transmis avec force aux spectateurs.
    Un spectacle intelligent qui donne à réfléchir !

    Lire l’article en entier

    Logo théâtres.com
    Théâtres.com, Laurent Schteiner
  • La mise en scène de Vincent Dussart travaille habilement sur les différents aspects d’un texte riche, qui pass