Porté par Vincent Dussart, HUMAN@WORK est un projet associant des artistes, chercheurs, sociologues, artisans, groupes d’habitants, groupes de migrants, demandeurs d’emploi, politiques, syndicats, sur la question de la relation au travail en Europe aujourd’hui. Il réunit des partenaires bulgares, grecs, français et polonais.

HUMAN@WORK propose d’analyser le rôle du travail dans la construction des individus, des organisations professionnelles et des sociétés en collectant tous les aspects de la relation entre l’individu et son travail. L’enjeu est de faire émerger des solutions alternatives qui remettent l’humain au cœur de la relation de travail.

Véritable expérimentation artistique, sociale, scientifique et digitale, HUMAN@WORK a pour ambition de contribuer au renforcement du secteur culturel et créatif. Il s’associera aux domaines de la recherche universitaire et du développement web, en suscitant le partage et l’accroissement des compétences, en initiant de nouvelles stratégies de développement des publics, et en développant la mobilité des artistes.

HUMAN@WORK est un outil pour explorer de nouvelles pistes pour créer dans une Europe en crise et mondialisée, et pouvoir continuer à travailler la matière artistique demain.

Le contexte

La crise de 2008 a fait exploser le chômage partout en Europe. Ainsi, jamais dans l’histoire, autant d’européens ne se sont vus imposer de changements dans leur vie professionnelle. Dans presque tous les secteurs, des entreprises ont dû réduire considérablement leurs effectifs et/ou fermer leur porte : en raison de l’inter connectivité importante de l’économie, il s’en est suivi une hausse du chômage dans la plupart des Etats membres de l’Union Européenne et dans le monde à un rythme inconnu jusque-là, associé à une pression économique et financière accrue sur les conditions de travail (diminution des revenus, insécurité de l’emploi, prolifération de nouvelles procédures managériales, stress, risques psychosociaux…)

Or le travail joue un rôle majeur dans la vie des individus, dans le fonctionnement des entreprises et dans la société dans son ensemble. A tel point que depuis sa création, l’Union Européenne accorde énormément d’attention à l’emploi et à l’amélioration des conditions de travail, qui constitue l’un de ses principaux objectifs politiques. Ainsi, en vertu de l’article 136 du traité de la Communauté européenne, les États membres doivent contribuer de façon active à la promotion de l’emploi et à l’amélioration des conditions de vie et de travail permettant leur égalisation dans le progrès.

Longtemps indigne et méprisé, le travail s’est imposé, au cours des trois derniers siècles, comme un marqueur fort de l’identité. Le travail est une façon de s’identifier et d’être identifié ; il est le lieu de prédilection, avec la famille et la sociabilité, de la construction de l’estime de soi et de notre inscription vivante dans le monde. Or cette dimension fondamentale semble aujourd’hui mise en danger par l’évolution des conditions de travail.

Dans ce contexte, comment évolue le rapport au travail ? Est-il source de motivation et de satisfaction? Est-il un lieu d’expression de la créativité humaine ? Que signifie travailler ? Le travail peut-il encore jouer un rôle d’intégrateur à la collectivité? Quels impacts les transformations du travail ont-elles sur la vision de l’avenir ? Quels bouleversements entrainent-elles sur les rythmes de vie ? Les histoires des différents pays européens induisent-elles un rapport au travail différent ? Face à la pression exercée sur le travail, les solutions mises en place pour préserver l’humain y sont-elles identiques ?