Look at Me, première lecture 2016

Look at Me!

 1ère séance à la MFR de Saint Sulpice

Témoignage par Anne de Rocquigny, comédienne

C’est avec joie que nous retrouvons la Maison Familiale et Rurale où nous avions déjà œuvré en 2012/2013 et 2013/2014. Nouvelle façade du château ravalé, nouveaux élèves, nouvelles rencontres, nouveau LAM! Et même sourire de Céline Cotonet, l’enthousiaste enseignante qui porte le projet, et nous accueille avec ses collègues que nous reconnaissons.

En 2016, Nous découvrons les 1ères B. Dans le respect de la parole et de l’écoute, chacun se présente et se définit autour de 2 qualités. Anouk, Océane, Gaelle, Pauline, Marie, Cyrielle, Caroline, Anaïs, Auréliane, Florine, Elodie, Alicia, Jade, Emilie, Mégane, Nolwenn, Agathe, Laure et les adultes Céline, Anne et Vincent, passent tour à tour cette première épreuve… Accepter de se raconter à soi et au groupe avec 2 qualités… 2 mots personnels valorisants… tâtonnements, rougeurs, silences, soupirs, pudeur… libération ! Look at me! démarre. Le groupe trouve ses marques et accepte de laisser le temps à chacun -ou plutôt chacune car les 1ère B sont exclusivement féminines et cavalières- de se laisser voir, regarder, chercher… Ensuite, nous attaquons la lecture de 2 textes qui font réagir : une scène de 9mm de Lionel Spycher… où un directeur de supermarché, fier de son beau costume qu’il arbore avec orgueil, réclame l’admiration de son employée de façon très autoritaire.  Pourquoi s’habille-t-on d’une certaine manière, se maquille-t-on ? Qu’est-ce que l’on cherche dans le regard de l’autre ? En quoi en a-t-on besoin ? Qui en a besoin ? Moi ? Celui qui me semble fort ? Autre texte, qui va faire réagir cette classe de filles…

Un homme, Blocq qui a besoin pour se sentir plus fort, de rabaisser Estelle, qu’il décrit pourtant comme « la plus laide », mais qui semble lui résister… Une scène extraite de Ma chambre froide de Joël Pommerat. Qu’est-on capable de faire pour se sentir exister ? Faire rire les autres au détriment de quelqu’un… Se moquer, prendre un air supérieur, arrogant ou blasé…

C’est le tour des 1ères A. Autre ambiance, il y a des garçons, il est plus tard dans l’après-midi. Ça fuse… Pourquoi LAM !? A-t-on besoin qu’on nous porte de l’attention ? « Je fais des blagues pour me rendre intéressant » «  pour qu’on me regarde » « Quand je les entends rire, je me sens aimé. ». Il va falloir accepter de donner du temps à l’autre pour que chacun puisse être entendu, vu… Beaucoup ont des projets d’avenir très précis : entrepreneur de travaux agricoles, ouvrir une ferme thérapeutique, soigner les animaux, les mammifères marins, devenir maréchal-ferrant, chauffeur de poids lourds, comédien, chef d’exploitation céréalière, élever des poulets de chair, travailler conjointement avec des chevaux et des handicapés… D’autres cherchent encore. Yannis, David, Marion, Hugo Simon, Laura, Elodie, Clément, Laura, Justine, Laura, Dylan, Steve, Olivier, Soline, Corentin, Alicia, Charline, Tristana, Laurie, Inès, Romain… se racontent et cherchent les fameuses 2 qualités… « Je note vite ma qualité ; j’ai peur de l’oublier ! » avoue-t-on discrètement.  Vincent et Anne lisent Blocq et Estelle, puis un texte de Jean-Gabriel Nordmann : Le Plâtre. Le personnage explique comment depuis qu’il a un plâtre, il se sent exister et les autres s’intéressent enfin à lui. Et ce à tel point, qu’il se blesse volontairement pour avoir un nouveau plâtre…Vincent lance un : « C’est quoi vos plâtres à vous ? ». Réponses : « – Les blagues. – Parler pour ne rien dire.  – Parfois, j’agresse les gens. -Moi, je fais le con. – j’essaye d’être intelligent. – J’en rajoute. – Je sais tout sur tout. » …. A suivre.