Historique

Photo du spectacle La revue tragique, compagnie Arcade

Depuis 2001, après huit ans passés à St Quentin, la création du festival Tragédie’Aisne en 2009, trois années à Soissons, puis à Gauchy, la compagnie est de retour en résidence au Mail, à Soissons.

L’Arcade développe ses projets au sein de résidences d’implantation en Picardie. Elle collabore avec d’autres territoires (Ile de France, Normandie) autour de projets plus spécifiques.
Elle a toujours refusé l’idée d’un artiste « seul dans sa tour d’ivoire » et s’est tournée vers un travail d’implantation permettant l’émergence de projets en partenariat avec les habitants d’un territoire.

De 2001 à 2005, la compagnie codirige La Manufacture à Saint-Quentin, lieu consacré aux écritures contemporaines. Elle assure la programmation, l’animation et la gestion, tout en y créant plusieurs spectacles. A partir de 2005, elle signe une première convention de résidence dans ce lieu avec la Ville de Saint-Quentin et ses partenaires pour 3 ans. Elle créé ses spectacles, développe de nombreux projets d’action culturelle et d’accompagnement des publics dans et hors les murs.

En juin 2009, elle crée le festival Tragédie’Aisne à La Ferté Milon, ville de naissance de Racine. Ce festival met en valeur le patrimoine littéraire et bâti de la ville et initie un projet culturel ambitieux, convivial et festif.

De 2009 à 2012, la compagnie est accueillie en résidence d’implantation au Mail, scène culturelle de Soissons, dans le cadre d’une convention triennale. Elle y conduit un travail sur la thématique de la famille. Dans le cadre de cette résidence, elle mène un travail de création lié à un projet d’accompagnement culturel fort Ça va la famille? qui mobilise les quartiers et les habitants.

En 2013, suite à l’invitation de la Maison de la Culture et des Loisirs, la compagnie s’installe pour 3 ans à Gauchy.

En 2016, l’Arcade débute une nouvelle résidence d’implantation longue au Mail, scène culturelle de Soissons de 2016 à 2018… Elle engage un nouveau travail qui interroge la construction de l’individu aux prises avec les modèles sociaux et économiques contemporains – celui-ci se décline sous la forme d’un cycle en 3 sous-thématiques : De qui sommes-nous faits ? De quoi sommes-nous faits ? Pour quoi sommes-nous fais ?

.